Breadcrumb trail

  1. Accueil
  2. Comment nous aidons les victimes

Comment nous aidons les victimes

Le BOFVAC aide les victimes de deux façons :

Aide individuelle

  • Tous les jours, nous aidons directement les victimes en répondant à leurs questions et en traitant leurs plaintes.

Les victimes peuvent communiquer directement avec le Bureau, soit par l’intermédiaire du service téléphonique sans frais d'aide aux victimes pour parler à un agent d'examen des plaintes bilingue, soit par ATS, par courriel, par télécopieur ou par la poste.

Travail au profit de toutes les victimes

  • Nous réalisons des études systémiques portant sur d’importantes questions qui touchent les victimes d’actes criminels.
  • Nous formulons des recommandations au gouvernement fédéral sur des modifications susceptibles d’améliorer les lois.
  • Nous recommandons de nouvelles politiques afin de renforcer l’aide et le soutien donnés aux victimes d’actes criminels.

Si vous avez été victime d’un acte criminel, le BOFVAC peut :

  • répondre à vos questions portant sur les droits des victimes;
  • vous donner des renseignements sur les services et les programmes que vous offre le gouvernement fédéral;
  • recevoir et examiner vos plaintes à l’égard d’un ministère , d’une loi ou d’une politique du gouvernement fédéral;
  • vous orienter vers les programmes et les services qui vous sont offerts dans votre province ou votre collectivité;
  • formuler des recommandations au gouvernement fédéral sur des modifications à apporter à ses politiques et à ses lois pour les rendre plus sensibles aux besoins et aux préoccupations des victimes, et en rendre compte dans un rapport public.

Les services du BOFVAC sont offerts gratuitement.

Nous ne militons pas en faveur des victimes individuelles et ne fournissons pas de conseils juridiques.

Le BOFVAC traite seulement les dossiers qui sont postérieurs à sa création, en mars 2007, ou dont le saisit le ministre de la Justice ou le ministre de la Sécurité publique du Canada.

Le BOFVAC ne peut pas traiter les questions qui sont du ressort des provinces, comme l’indemnisation des victimes.

Vous voulez en savoir davantage?