Breadcrumb trail

  1. Accueil
  2. Quoi de neuf au BOFVAC
  3. Communiqués de presse

Le bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels rend compte des réussites de sa première année

OTTAWA (Ontario), 4 février 2009 - Dans son rapport annuel 2007-2008 qu'il rend public aujourd'hui, le Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels souligne les grandes réalisations de sa première année complète d'exercice.

Établi en mars 2007 en tant que ressource indépendante pour les victimes, le bureau les aide à faire face à leurs besoins, milite en leur faveur et présente des recommandations au gouvernement du Canada sur des questions ayant une influence négative sur les victimes.

Selon Steve Sullivan qui est le premier ombudsman et qui depuis longtemps milite en faveur des victimes d'actes criminels, « la création du bureau a été une étape majeure pour aider les victimes à comprendre leurs droits, à avoir accès aux services fédéraux et à faire connaître leurs inquiétudes ». « Nous prenons des mesures pour que le gouvernement du Canada s'acquitte de ses responsabilités à l'égard des victimes. Pour s'en assurer, l'une des meilleures démarches, et c'est la nôtre, est d'être à leur écoute ».

Au cours de sa première année d'exercice, le bureau a reçu plus de 500 appels téléphoniques et courriels. Ce chiffre a été rapidement dépassé la deuxième année.

Outre les contacts directs qu'il a établis, le bureau a milité en faveur des victimes en 2007-2008 en présentant au gouvernement du Canada des recommandations majeures notamment pour que soient augmentées les informations pour les victimes d'actes criminels, que soient pris en compte les besoins des victimes Autochtones en ce qui a trait aux systèmes correctionnel et de libération conditionnelle, que la législation soit réformée de façon à ce que les forces de l'ordre puissent mieux identifier les enfants victimes d'exploitation sexuelle facilitée par Internet et pour faire accroître la responsabilité des délinquants en matière de restitution. Le bureau a également présenté des recommandations en vue de renforcer la capacité du Registre national des délinquants sexuels afin d'aider les forces de l'ordre à prévenir les actes criminels et à protéger les enfants.

Renseignements :
Christina McDonald
Conseillère principale en communication
613-941-3428