Breadcrumb trail

  1. Accueil
  2. Quoi de neuf au BOFVAC
  3. Communiqués de presse

L'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels réagit au nouveau project de loi sur les victimes de crimes en col blanc

OTTAWA (Ontario), le 22 octobre 2009 - L'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels du Canada, Steve Sullivan, a félicité aujourd'hui le ministre de la Justice au sujet du projet de loi qui vise, entre autres, le renforcement des dispositions sur le dédommagement destiné aux victimes de crimes économiques. M. Sullivan note cependant que même si ce projet de loi est un grand pas en avant, il ne devrait pas se limiter aux victimes de fraudes financières.

«Je constate avec plaisir que le gouvernement fédéral fait des progrès concernant les questions importantes qui touchent les victimes comme les crimes financiers et le dédommagement, » dit M. Sullivan. « Cependant, je suis préoccupé par le fait que la partie de ce projet de loi qui concerne le dédommagement s'applique seulement aux victimes de fraudes. Nous devons nous assurer que nous appuyons toutes les victimes qui auraient pu être financièrement défavorisées à la suite d'un acte criminel.»

Actuellement, au Canada, on estime que les victimes prennent à leur charge près de soixante dix pour cent des coûts entraînés par l'acte criminel. Sachant l'incidence que cela peut avoir sur les victimes, M. Sullivan se bat, depuis la création de son bureau en 2007, pour faire modifier les lois et les pratiques canadiennes relatives au dédommagement. Il a recommandé au gouvernement fédéral de procéder à une révision des options relatives au dédommagement, de veiller à ce que davantage de délinquants soient tenus responsables et d'attirer l'attention sur l'importance de la suramende compensatoire utilisée en vue de soutenir les services provinciaux d'aide aux victimes.

«Le dédommagement n'est pas une punition, c'est plutôt une façon d'équilibrer la situation, » dit M. Sullivan. » Les retombées financières d'un acte criminel peuvent être dévastatrices pour une victime. Le dédommagement non seulement soulage le poids financier qui pèse sur les victimes, mais il peut aussi encourager le sens des responsabilités chez les délinquants et aider ces derniers à reconnaître le mal qu'ils ont fait aux victimes - deux principes très importants dans le processus de réadaptation.»

Le Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels aide les victimes à combler leurs besoins, il défend leurs intérêts et il formule des recommandations au gouvernement fédéral au sujet des aspects qui ont une incidence négative sur les victimes.

Rapports avec les médias :

Pour plus d'information, contactez :

Christina McDonald
Conseillère principale en communications
Téléphone : 613-941-3428