Breadcrumb trail

  1. Accueil
  2. Quoi de neuf au BOFVAC
  3. Communiqués de presse

L'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels réagit au nouveau projet de loi sur le dédommagement

OTTAWA (Ontario), 17 novembre 2009 - L'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels du Canada, Steve Sullivan, a fait la déclaration suivante aujourd'hui à l'occasion de la Semaine de la justice réparatrice :

« Une des frustrations les plus répandues chez les victimes est le fait qu'elles se sentent exclues du système de justice canadien. Les victimes désirent être entendues et respectées. Elles veulent que l'on reconnaisse l'importance des conséquences d'un acte criminel et des séquelles qui en découle et que l'on en tienne compte dans le cadre du processus. Il arrive souvent que les victimes veulent avoir l'occasion d'exprimer les effets du traumatisme sur leur vie ainsi que de poser des questions. Pour de nombreuses victimes, cela fait partie du processus de guérison. »

« La justice réparatrice offre aux victimes des occasions qui ne leur sont pas offertes par le système de justice pénale. Elle leur permet d'être partie de plein droit et d'exercer un contrôle sur leur participation. Elle leur donne accès à un forum où elles peuvent poser les questions auxquelles elles veulent obtenir une réponse et faire part sans censure de leurs souffrances aux auteurs des actes criminels. Pour les victimes qui la choisissent, la justice réparatrice peut être un outil important de guérison et de réadaptation. »

« Des programmes qui mettent en application les vrais principes de justice réparatrice devraient être utilisés plus souvent à différentes étapes du processus de justice pénale. En plus d'offrir des avantages aux victimes, de tels programmes permettent de tenir les auteurs des actes criminels responsables d'une façon différente de celle du système de justice. J'encourage ceux qui travaillent dans le domaine à continuer leur bon travail. J'encourage aussi le gouvernement fédéral à veiller à ce que la justice réparatrice occupe une place importante et de plus en plus grande dans son programme relatif au système correctionnel et à la mise en liberté sous condition. »

Le Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels aide les victimes à exprimer leurs besoins, il défend leurs intérêts et il formule des recommandations au gouvernement fédéral au sujet des aspects qui ont une incidence négative sur les victimes.

Personne-ressource pour les médias :

Christina McDonald
Téléphone : 613-941-3428
Courriel : christina.mcdonald@ombudsman.gc.ca