Breadcrumb trail

  1. Accueil
  2. Quoi de neuf au BOFVAC
  3. Communiqués de presse

Sue O'Sullivan, l'ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels, répond à l'article Judge appears to blame victim in sexual-assault case, Adrian Morrow, 24 février 2011

Le moment choisi est des plus émouvants. À l'approche de la Journée internationale de la femme, qui aura lieu le mardi 8 mars, il est certain qu'il reste encore beaucoup à faire au pays afin d'assurer que les femmes qui ont été victimes d'agressions sexuelles soient respectées et bénéficient de droits de base.

L'affaire entendue récemment au Manitoba, ainsi que l'arrêt clé rendu par la Cour suprême du Canada en 1999, qui confirmait le principe du « non, c'est non », ont alimenté une grande discussion chez les Canadiens. Cette discussion a mis en évidence les types de perceptions inacceptables qui existent toujours au Canada en ce qui a trait aux crimes, notamment en ce qui concerne les agressions sexuelles et le rôle de la victime.

L'agression sexuelle est l'un des crimes les moins signalés au Canada. Selon l'Enquête sociale générale de 2009, menée par Statistique Canada, moins de 12 % des agressions sexuelles sont signalées à la police.

Les raisons pour lesquelles les agressions sexuelles sont si peu signalées sont complexes, mais l'on sait que le manque de confiance à l'égard du système de justice pénale en est une. Une agression sexuelle contre une femme est un crime, un point c'est tout. Nous savons que le fait d'être victime d'une agression sexuelle est traumatisant et peut entraîner des conséquences à long terme.

Nous pouvons et nous devons faire mieux. L'amélioration de la formation à la sensibilité, l'analyse comparative entre les sexes pour les dispositions législatives en vigueur et les projets de loi et une plus grande sensibilisation aux besoins et aux préoccupations des victimes aideraient notre système de justice à devenir un processus plus efficace en lequel les victimes ont confiance.

Les victimes méritent mieux. On doit travailler ensemble afin d'apporter des changements positifs pour les victimes du pays.

Sue O'Sullivan
Ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels